Cercle de lecture
  LIVRES ET TABLE RONDE
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
Notre conviction :

Si vous aimez lire, vous savez combien la lecture d'un livre est source d'évasion, de découverte, d'enrichissement personnel, et surtout de plaisir.

Mais l'échange et le partage, entre lecteurs d'un même ouvrage, sont irremplaçables, sources permanentes d'ouverture aux autres, et facteurs incomparables de convivialité. 

PARCE QUE L'ELEGANCE EST PARTOUT, ELLE EST AUSSI DANS LA PLACE QU'ON LAISSE A L'AUTRE. 

 

NE TIREZ PAS SUR L'OISEAU MOQUEUR - Harper LEE

11/08/2016 11:27:01

Roman publié en 1960 - Prix Pulitzer en 1961

1er Avis

Seul livre écrit par cet auteur.

Une famille : le père Atticus Finch, les enfants Scout et Jem le grand frère. Atticus Finch élève seul ses enfants ; sa femme est morte. A la maison, il y a la cuisinière noire Calpurnia, et la tante des enfants Alexandra.

Scout est la narratrice, les mots de l'enfance, la vie, les jeux, les peurs créées par des événements où les enfants prennent des risques en allant dans le jardin du voisin Boo Radley, la nuit. Le frère et la sœur sont intrigués car ils ne voient jamais ce dernier.

Le père, Avocat intègre et rigoureux, doit défendre Tom Robinson, un homme noir accusé du viol d'une jeune fille blanche. Le procès, passage particulièrement intéressant et chargé d'émotion : on connaît d'avance et on attend la condamnation, c'est une évidence à l'époque. C'est la parole "d'un noir" contre les mensonges "d'une blanche". Très injuste, mais "normal" pour l'époque. La ségrégation, le racisme, dure réalité pour les enfants.

Les femmes de la maison : la cuisinière Calpurnia, et son attachement pour les enfants ; la tante qui souhaite que Jem devienne un gentleman et Scout une jeune fille portant des robes plutôt qu'une salopette.

L'agression des enfants, un passage violent que j'ai mal supporté... La vie reprend son cours. Et une fin en douceur. 

Pour moi, des heures de bonheur ; les personnages principaux sont attachants, ce livre est un petit bijou. J'AI ADORE. C'est humain, drôle, émouvant. Et le problème du racisme "noirs-blancs" nous interpelle.

GB 11.03.2016

 

2ème Avis

L'histoire

Nous sommes à Maycomb, petite ville d'Alabama, un Etat du Sud des Etats-Unis, dans les années 1930. Comme beaucoup d'Etats du Sud, l'Alabama connaît des problèmes de pauvreté en raison de la désorganisation des systèmes esclavagistes. Les tensions politiques et sociales générées par la ségrégation raciale en font l'épicentre du Mouvement des Droits Civiques.

Atticus FINCH, Avocat intègre, élève seul ses deux enfants surnommés JEM, son fils qui aura bientôt 13 ans, et SCOUT sa fille, plus jeune de quatre ans, qui parle de ce qu'elle vit au quotidien. Devoir grandir n'est pas toujours simple. Dans un climat en apparence serein, nous partageons avec SCOUT ses prises de conscience, ses interrogations, son entrée à l'école, ses jeux avec son frère et leur ami DILL (7 ans) qui vient passer ses vacances chez sa tante. En filigrane cependant, les différentes "familles" qui habitent Maycomb : la famille CUNNINGHAM qui ne possède pas grand-chose et dont les enfants ne mangent pas le midi mais n'acceptent la charité de personne ; la famille EWELL dont les enfants, crasseux et plein de poux, ne viennent à l'école que le jour de la rentrée des classes ; Dolphus Raymond qui a eu des enfants "métis" avec une femme de couleur et dont personne ne veut plus ; les Mennonites aux yeux bleus qui vivent au fond des bois et ne portent pas de boutons à leurs vêtements ; les Mrounas qui vivent en communauté, constituant une seule grande famille, un enfant ayant autant de pères qu'il y a d'hommes dans la communauté, et autant de mères qu'il y a de femmes ; et les Noirs, relégués derrière la décharge publique et au-delà des Ewell.

Et puis, le procès d'un homme Noir, accusé sans doute injustement (par un Blanc), mais défendu ardemment par ATTICUS, dans le réprobation quasi générale .... le terrible verdict du jury, et l'évidence : "... Dans nos tribunaux, quand c'est la parole d'un homme blanc contre celle d'un Noir, c'est toujours le Blanc qui gagne. C'est affreux à dire mais c'est comme ça."

Mon sentiment

Un roman plein de tendresse, une histoire racontée avec toute la naïveté d'une petite fille qui constate, entre autres découvertes, que son père (Avocat) est différent des autres :

"Atticus était faible ... Notre père ne faisait rien. Il travaillait dans un bureau, pas dans un drugstore. Il ne conduisait pas un camion-poubelle, il n'était pas fermier ni garagiste ni quoi que ce soit susceptible de soulever l'admiration... Il ne faisait pas ce que faisaient les pères de nos camarades : il n'allait jamais à la chasse ni à la pêche, il ne jouait pas au poker, ne buvait pas, ne fumait pas. Il restait à lire au salon."

Ce roman est un véritable concentré d'humour, de drôlerie, de tendresse, bien qu'il ne s'éloigne jamais des réalités de l'époque : les grèves avec occupations d'usines à Birmingham et les files d'attente devant les soupes populaires qui s'allongent ; la ségrégation raciale et ses terribles conséquences.

Un bon livre, bien écrit, bien construit, et très ouvert sur les relations sociales et leurs contraintes.

CLC 01.04.2016


Publié par CLC •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





Liste des livres lus
rss feed
Archive(s) :
select
A propos de ...

PROPOSITIONS DE LECTURES :

. L'EMBAUMEUR de Isabelle DUQUESNOY (Poche)

. LA MAISON AU BORD DE LA NUIT de Catherine BANNER (Pocket)

. COULEUR DE L'INCENDIE de Pierre LEMAITRE

 

Mais encore :

. CAFÉ ! UN GARÇON S'IL VOUS PLAIT de Agnès ABECASSIS

. LE SUSPENDU DE CONAKRY de Jean-Christophe RUFIN

 

 

Pour nous rencontrer :

Les membres du Cercle se retrouvent

      un vendredi par mois à 15 h

  dans les locaux de la Médiathèque

      Robert CALMEJANE

      93250 VILLEMOMBLE                

 

  Renseignements au 06 78 48 97 56.

Actualité

      Nos prochains rendez-vous

 . vendredi 14 septembre 2018 à 15 h

 . vendredi 12 octobre 2018 à 15 h

 . vendredi 16 novembre 2018 à 15 h

 . vendredi 14 décembre 2018 à 15 h


                   Bonne Rentrée à tous.


La petite phrase qui va bien

"A travers les feuilles d'un bon livre on pourra entendre un écho qui ressemble aux bruits des forêts." 

Henry David Thoreau (1817-1862) Ecrivain et philosophe américain

 

Mais encore :

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux !"

Jules Renard


Mais aussi :

"Restons un moment sans parler les uns et les autres, dit le premier bouvier. Ca nous éclairera. Après nous nous expliquerons."

"Le chant du monde". Jean Giono


 

 

 

© 2014
Créer un site avec WebSelf